Togo sécurité routière : casque vs vitesse

Une tribune de Innocent Pato


Les accidents de la route causent d’énormes dégâts. Entre autres mesures pour faire face aux dangers, le port de casques obligatoire pour tout individu sur une moto. Une bonne décision si le port du casque n’était pas la queue du taureau.

Tous les jours ou presque, les usagers de la route sont victimes des accidents de la route au Togo entraînant souvent des pertes en vies humaines. Parmi les causes principales figurent entre autres :

les excès de vitesse
le non respect des feux tricolores
la conduite sous l’effet de l’alcool ou des substances psychotropes
la conduite sous l’effet de la fatigue
l’état physique et techniques des engins (manque de frein, de phares …)
la mauvaise interprétation de la notion de priorité
l’usage du téléphone portable au volant …

Une bonne stratégie pour la réduction des accidents, leurs dégâts sur nos routes, passe par les points susmentionnés.
Traverser une route à Lomé aujourd’hui est un exercice très périlleux. Des calculs s’invitent à l’épreuve afin de minimiser le risque d’un accident.

Sur nos routes circulent des motos à une vitesse de plus de 80 kilomètres à l’heure. Face un tel engins, comparable à un projectile, les risques pour un accident sont trèsélevés et la probabilité pour de graves dégâts très forte. En cas pareille le motocycliste doit avoir son casque et le piéton ? Les autres usagers de la route ?

Il en est de même pour les voituresdont les conducteursse croient sur des pistes de formule 1,ces prestigieuses courses automobiles. Un tour sur la voie dite :route de contournement ou échangeur illustre à merveille le constat.
Par endroits circulent également de ces véhicules qui à vue d’œil ne respirent pas la bonne santé. Et pourtant ces derniers,parfois sans frein,partagent les voies avec les autres sans grandes inquiétudes pour leur conducteur.

Pour beaucoup de conducteurs les feux tricolores aux intersections de nos voies ne sont rien que des jeux de lumières destinés peut-être à embellir la ville. Ailleurs c’est le fonctionnement des feux qui pose problème. Le vert et le rouge s’allument au moment, ou du vert on passe directement au rouge, ou encore les feux ne fonctionnent pas comme c’est souvent le cas au carrefour Lomégan.

Loin de croire que nos routes sont dangereuses, c’est au niveau de l’irresponsabilité et des erreurs des usagers que se situe le danger sans oublier l’état de certaines de nos routes malgré les efforts de SAFER.

Le port de casques est important mais reste de loin le nœud du problème. Mieux vaut prendre le taureau par les cornes.

Open chat
Salutations de la Team afrikdepeche. Pouvons-nous vous aider?