Redynamisation et modernisation de la police nationale : Aharh Ahaware et Pissan Yoma, premiers commissaires divisionnaires de classe exceptionnelle

Dans la dynamique de modernisation et de professionnalisation de l’institution policière togolaise, de nouveaux grades et appellations ont été introduits dès le 1er janvier 2021. Plus d’un an après, cette décision, qui a suscité grogne dans les rangs à l’époque, entre dans son application effective, accueillie plutôt favorablement. Plus de 10 % des fonctionnaires de police sont promus à des grades supérieurs, le nouveau grade de Commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle passera, pour une première, sur les épaules de deux Commissaires divisionnaires : Aharh Ahaware et Pissan Yoma.

Le 18 décembre 2020, par arrêté N° 0405/MSPC, le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Général de brigade, Damehame Yark, introduit de nouveaux grades dans la police nationale, conformément à la loi n°2015-005 du 28 Juillet 2015 portant Statut spécial des personnels de la police de la République Togolaise. A travers une note d’information publiée le 16 janvier 2022 sur sa page Facebook, la police nationale informe l’opinion du changement de grades de plusieurs centaines de fonctionnaires avec inscription au tableau d’avancement pour le compte de l’année 2022, ce, après un rapport fait le vendredi 14 janvier à la place d’armes de la Direction générale de la police nationale, lors d’un rassemblement extraordinaire.

« Ce tableau d’avancement connait un grand changement avec un nouveau grade dans le corps des Commissaires de police. Il s’agit du grade de Commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle qui devient le grade le plus élevé dans la police nationale togolaise. Ce grade est prévu par la loi N° 2015-005 du 28 juillet 2015 portant statut spécial du personnel de la Police Nationale, mais personne ne l’avait encore porté jusqu’à ce jour. Ce déplafonnement a été possible grâce au dynamisme du commandement. Deux Commissaires divisionnaires ont donc été promus à ce grade. Il s’agit des Commissaires divisionnaires Aharh Ahaware et de Pissan Yoma », détaille la note.

Le premier, Aharh Ahaware, est bien connu des Togolais pour sa gestion rigoureuse et pointilleuse de la Direction générale de la documentation nationale (DGDN) où il a brillamment réussi à mettre fin aux pratiques frauduleuses dans l’établissement des divers documents d’identité nationale. Très effacé, il s’est forgé une solide réputation en érigeant la DGDN au rang de service public modèle en matière de lutte contre la corruption, grâce à une communication interne efficace orientée vers les usagers. « Le passeport togolais, c’est 30 000 FCFA. Ne vous laissez pas escroquer », peut-on lire sur une des affiches qui collent aux murs dans l’enceinte de l’institution, et qu’on retrouve même dans l’ascensceur. Le second, Pissan Yoma, était directeur général adjoint sous feu Mawuli Koudouovoh, actuellement déployé au ministère de l’Aministration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires.

Toujours dans le corps des Commissaires, onze Commissaires principaux sont inscrits au tableau d’avancement au grade de Commissaire divisionnaire. Quatre d’entre eux portent immédiatement, tandis que les autres le porteront de façon échelonnée au cours de l’année.


En dehors de ces promotions, précise le texte, une centaine de Commissaires a été promue au grade de Commissaire de première classe, un grade qui est aussi une innovation. Il en est de même dans le corps des Officiers et Sous-officiers, où des centaines de fonctionnaires de police sont promus aux grades de Capitaine, Lieutenant, Major, Adjudant-chef, Adjudant, Sergent-chef, Sergent.

« En somme, cette année, c’est plus de 10 % des fonctionnaires de police qui sont promus à des grades supérieurs. Ces promotions ont été possibles grâce au leadership du commandement de l’institution qui lui a donné un souffle nouveau, notamment par la multiplication des formations, des stages et la culture du professionnalisme. Mais c’est avant tout le fruit de la volonté du chef de l’État et du ministre de la Sécurité et de la protection civile de moderniser davantage l’institution policière et d’améliorer les conditions de vie du personnel policier pour une meilleure protection des personnes et des biens », conclut la note.

Meilleures conditions de vie et quête de l’efficacité

La police nationale a pour missions principales, l’application des lois et règlements en vue du maintien et du rétablissement de l’ordre public, la défense de l’intégrité territoriale, notamment la recherche et l’exploitation de renseignements dans le cadre de la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, l’exercice de la police judiciaire et administrative. Les innovations apportées par l’arrêté N° 0405/MSPC auraient pour vocation de réparer des injustices et de corriger un certain nombre de dysfonctionnement pour améliorer les conditions de vie et permettre aux fonctionnaires de police d’accomplir leur noble mission avec plus d’efficacité. Plus question de végéter dans l’immobilisme, le même galon à l’épaule 11 ou 13 ans durant sans avancement. Dorénavant, ils ont la possibilité une fois tous les 05 ans, de retourner à l’Ecole nationale de police pour faire un stage professionnel à l’issue duquel ils seront promus en cas d’admission.

Ce que confirmait le Lt-Col Yaovi Okpaoul, le directeur général de la police nationale, interrogé lors de la grogne des OPA après la publication de l’arrêté susmentionné :

« Avant les nouveaux grades, ils cherchaient des voies et moyens (stages) pour progresser jusqu’à officier. Ces stages sont désormais acquis et les plus méritants passeront progressivement officiers. Au contraire, la voie leur est désormais ouverte pour pouvoir passer officiers ».

De la parole aux actes, les promotions en cours, et qui sont vivement saluées dans les rangs. Prochain cap, le décret d’application de la loi n°2015-005 portant statut spécial de la police nationale.

4 thoughts on “Redynamisation et modernisation de la police nationale : Aharh Ahaware et Pissan Yoma, premiers commissaires divisionnaires de classe exceptionnelle

  1. I’m still learning from you, as I’m trying to achieve my goals. I absolutely liked reading everything that is posted on your site.Keep the aarticles coming. I liked it!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open chat
Salutations de la Team afrikdepeche. Pouvons-nous vous aider?