Mali : les ex-rebelles du CMA se disent “en temps de guerre” avec la junte

Les ex-rebelles du nord du Mali se sont dits lundi “en temps de guerre” avec la junte au pouvoir à Bamako, dans un communiqué reçu par l’AFP et diffusé sur les réseaux sociaux.

Dans ce communiqué intitulé “communication en temps de guerre” et authentifié par un porte-parole, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), alliance de groupes à dominante touareg qui a combattu l’État central avant de signer un accord de paix avec lui en 2015, appelle “tous les habitants de l’Azawad à se rendre sur le terrain pour contribuer à l’effort de guerre dans le but de défendre et protéger la patrie, et ainsi de reprendre le contrôle de l’ensemble du territoire national azawadien”.

Azawad est un nom d’origine touareg pour le nord du Mali, objet d’anciennes revendications indépendantistes. Les tensions n’ont cessé de croître depuis des mois entre la CMA et la junte, faisant redouter la fin de l’accord de paix dit d’Alger et la reprise des hostilités engagées en 2012.

Des insurrections indépendantistes et salafistes ont alors plongé ce pays pauvre et enclavé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire dont il n’est toujours pas sorti.

Si les groupes à dominante touareg ont accepté un cessez-le-feu en 2014, les djihadistes ont poursuivi le combat contre l’État central et toute présence étrangère sous la bannière d’Al-Qaïda et de l’organisation État islamique. La propagation djihadiste a gagné le centre du pays, le Burkina Faso et le Niger voisins.

Dans les vastes étendues désertiques ou semi-désertiques du nord, ainsi que les régions de Tombouctou et Gao, les rivalités se sont intensifiées ces dernières semaines entre la multitude d’acteurs armés se disputant le contrôle du territoire : groupes djihadistes contre armée malienne, groupes djihadistes entre eux, groupes armés touareg contre djihadistes, et groupes touareg face à l’armée malienne.

Open chat
Salutations de la Team afrikdepeche. Pouvons-nous vous aider?