Les clarifications du ministre Lamadokou : “On n’oblige pas les gens à suivre la TVT mais qu’elle fasse partie des options pour permettre à ceux qui veulent suivre la chaine nationale de l’avoir”

Une note circulaire adressée par Dr Kossi Lamadokou, ministre de la Culture et du tourisme, aux promoteurs des établissements de tourisme suscite une controverse sur les réseaux sociaux dans la soirée du 5 juillet 2024. Approché par afrikdepeche, le ministre a apporté des clarifications qui explicitent le contenu de ladite note.

Dans la droite ligne de la politique du gouvernement portant promotion de la consommation locale, le ministre Kossi Lamadokou a, à travers une note circulaire publiée le 5 juillet, exhorté les promoteurs des établissements de tourisme à accorder une place de choix à la télévision nationale (TVT) dans les offres numériques mises à disposition des clients.

Pour justifier cet appel, la note expose :

“Il nous a été donné de constater que les postes téléviseurs installés dans les lieux communs et dans les chambres des établissements de tourisme et assimilés font la part belle aux chaines étrangères au détriment de la chaîne nationale d’information, la Télévision Togolaise (TVT). Il arrive qu’elle ne figure même pas dans les bouquets numériques offerts aux usagers desdits établissements”.

Mais le  contenu de cette note circulaire, mal assimilé, a soulevé une vague de diatribes sur divers réseaux sociaux. A notre rédaction qui l’a approché, Dr Kossi Lamadokou s’est confié, pour donner de plus amples précisions.

“C’est effectivement une note adressée aux hôteliers. On n’oblige pas les gens à suivre la TVT mais qu’elle fasse partie des options pour permettre à ceux qui veulent suivre la chaine nationale de l’avoir. C’est la solution aux plaintes récurrentes des clients des hôtels”.

La promotion de la destination Togo sous-tend une telle décision.

“Les établissements de tourisme et assimilés sont les portails du pays et comme tels doivent présenter et vendre le pays dans tous ses potentialités et attraits”, a-t-il renchéri.

Voilà qui peut aplatir les poils hérissés par cette note circulaire devenue virale et tant commentée.

Il y a lieu de rappeler que chaque ministre du gouvernement, de diverses manières et opportunément, est appelé à mettre en application la politique de la promotion de la consommation locale. En illustration, le ministère chargé du Commerce, de temps à autre, effectue des tournées dans les supermarchés pour s’enquérir de l’application des mesures prises  pour favoriser la promotion des produits locaux, notamment l’obligation faite aux supermarchés de dédier des rayons spécifiques aux produits locaux.

Le gouvernement, traduisant dans le concret la vision du chef de l’État, Faure Gnassingbé, se donne tous les moyens pour faire de la consommation locale, un moteur du développement économique.

Open chat
Contactez-nous au besoin. (équipe afrikdepeche.tg)