Kovie Duko Kpedaza : la 21è édition célébrée sous le signe de l’autonomisation des femmes

En chœur, liés par la même histoire, les fils et filles de Kovié, chef-lieu de la commune Zio 2, se sont retrouvés le lundi 29 mai dernier pour célébrer la 21è édition de “Kovie Duko Kpedaza”. Dans une effervescence collective, la communauté résidente de Kovie, en communion avec celle de la diaspora, de diverses manières, a exprimé sa reconnaissance et gratitude au Tout-puissant pour la manifestation de sa grâce et de sa miséricorde au cours de l’an écoulé, avant de lui confier les perspectives d’avenir de la commune.

Un parterre d’autorités administrative, sécuritaire et traditionnelle a rehaussé l’éclat de la 21è édition de “Kovie Duko Kpedaza”, au premier rang, un fils du milieu, le ministre du Commerce, de l’industrie et de la consommation locale, Kodjo Adedze. Il était pour la circonstance entouré de la présidente de la Délégation spéciale consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Togo, du représentant du ministre de la Culture et du tourisme, du préfet du Zio et des maires des communes Zio 2 et 3.

Un des danseurs en scène, ici devant le tam-tam parlant

Dans le vif de la célébration, des prières, des exhortations à travers les Saintes écritures, des chants et des prestations de danses des groupes folkloriques, des formes variées d’expression pour louer et rendre gloire à Dieu pour ses bienfaits aux fils et filles de Kovie.

Inspirés par le thème de cette édition : « L’autonomisation des femmes du canton de Kovié, une priorité pour le développement durable de nos communautés », les différents discours et prédications des membres du clergé de la commune conduit par le révérend père Amouzou-Daye Emmanuel, ont magnifié la femme et rappelé son importance dans l’orientation de la société vers un développement durable. C’est pourquoi la présidente du comité d’organisation, Mme Colette Adzonou, a émis le vœu ardent que l’autonomisation de la femme devienne une réalité dans le Zio 2, en sorte que “nos jeunes sœurs soient de meilleures personnes pour des lendemains meilleurs”

Plongée dans l’histoire

Le clou du programme est une séquence qui a magnétisé toutes les attentions. C’était la sortie du tam-tam parlant, avec la succession sur scène de danseurs représentant chacun des quatre grands quartiers, Séva, Apeyeyemé, Kota et Apédokoe. Ceux-ci, tels des acteurs hollywoodiens, à travers danses, mimiques et imitations, se sont employés à rappeler les différentes facettes de l’histoire des ancêtres tout en mettant en exergue les valeurs et vertus qu’ils incarnaient, le tout sous des coups détonants de salves.

De quoi combler de joie le ministre Kodjo Adedze pour qui, l’essence première de cette fête est la réunification de tous les natifs du canton de Kovié, la culture du vivre ensemble et la cohésion sociale.

Pour matérialiser leur volonté d’impliquer les femmes dans le rayonnement du canton, les cadres mettront à disposition dans les prochains jours des machines à coudre au bénéfice de 50 jeunes filles apprenties couturières en fin de formation, jugées réellement démunies.

Le ministre Kodjo Adedze a visité les stands et échangé avec les exposants

Une visite de stands où sont exposés les fruits des labeurs des agriculteurs de Kovié, et la mise en terre des plants ont fermé le rideau de cette apothéose de la 21eme édition de « Kovié Duko Kpedaza ».

Cap sur la 22ème édition!


Aperçu physique et profil historique, mieux connaître Kovie

Le village de Kovié est situé à 30 Km au Nord ouest de Lomé, la capitale du Togo. Il est limité à l’Est par le village d’Assomé, au sud par le canton de Mission-Tové, au sud-ouest par les cantons d’Akepé et Noepé, à l’ouest par la frontière du Ghana et le canton de Badja, au nord-ouest par le canton de Bolou-Kpeta et au nord par le canton de Wli. Le Canton de Kovié couvre une superficie de 98 km².

Kovié est composé de quatre (04) quartiers : Séva, Apeyeyemé, Kota et Apédokoe.
Les principales voies d’accès au village de Kovié sont : dans le sens du sud: Kovié, Mission Tové, Agoe, Lomé; à l’ouest, la voie Kovié- Noepé; au nord-ouest celle de Kovié, Bagbé et à l’est celle de Kovié, ; Assomé, Davié. Les voies : Noepé – Kovié et Bagbé-Kovié se sont croisées et forment ainsi un carrefour en Y d’où part une voie secondaire qui mène au sanctuaire marial. Les deux (02) voies unifiées traversent le village et forment un autre carrefour avec les voies Lomé – Agoè – MissionTové et Davié – Assomé – Kovié où est érigée une grande statue de la Vierge Marie tenant son fils Jésus en main.
Kovié, comme toutes les autres localités Ewé, est né de la fuite et de la dispersion d’une grande partie de la population de Notsè suite aux exactions du célèbre monarque Agokoli vers les années 1720. Le village s’est constitué avec trois (03) vagues successives de migrants.

  • Le premier groupe conduit par « Kpoke » s’est installé sur le site de l’actuel quartier « Seva ». C’est lui qui donna le nom de Kovie à la localité, car disait-il, le lieu de son implantation est situé un peu en hauteur.
  • Le deuxième groupe arrivé peu de temps après et conduit par « Ko » s’est installé au bord d’une mare sur le site de l’actuel quartier Kota. Entre l’installation du deuxième groupe et l’arrivée du troisième groupe, s’est produite une scission dans le premier groupe. Un nouveau groupe conduit par Kpegla quitta le groupe originel de Kpoke pour s’installer sur le site de l’actuel quartier Apéyéyémé.
  • Le troisième groupe qui, depuis quelques années déjà s’était installé à Tsivé, fit mouvement vers Kovié sous la conduite d’Aklama, successeur de Dakpoe trop faible pour migrer. Il était question pour eux de fuir les récurrentes pénuries d’eau sur le site de Tsivé.
    Ce dernier groupe reçut l’autorisation de Kpoke pour s’installer aux abords de l’habitat abandonné par le groupe de Kpegla : C’est le site de l’actuel quartier Apédokoè. La primauté accordée au premier occupant a conduit à ce que le nom de Kovie donné par Kpoke soit préservé et reconnu par tous. L’interdépendance créée par la proximité des sites d’implantation des différents groupes, l’origine commune et les usages ont fini par unifier définitivement Kovié en une seule entité restée viable jusqu’à nos jours.
Open chat
Salutations de la Team afrikdepeche. Pouvons-nous vous aider?