Dogta Lafiè, symbole de la modernisation du système de santé

Le Togo a commémoré le 63e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Le bal des activités a été ouvert par des offices religieux sur toute l’étendue du territoire et la belle apothéose fut le défilé militaire et les sauts parachutistes. Une fièvre des inaugurations s’est emparée du pays, avec un agenda hyperchargé du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. L’accouchement a semblé difficile, mais les entrailles de l’hôpital de référence, Dogta Lafiè, ont fini par se décontracter pour faciliter l’expulsion du nouveau bébé des infrastructures sanitaires de haut standing du Togo. Faure Gnassingbé a procédé à l’inauguration de cet hôpital le mercredi 26 avril dans le cadre des activités meublant le programme de la célébration du 63e anniversaire de l’accession du Togo à la souveraineté internationale. Quelques jours avant, la pose de la première pierre du campus définitif de l’Université de Kara, l’inauguration du nouveau marché central de Kara et l’inauguration de l’Institut de formation en alternance pour le développement, dédié aux métiers de l’élevage (IFAD-Elevage) de Barkoissi. Ces inaugurations renvoient l’image d’un pays en perpétuelle transformation et matérialisent la volonté des gouvernants de renforcer l’ancrage d’un pays émergent qui réunit les conditions de plein épanouissement des citoyens.

Dogta Lafiè, après une si longue attente

Après avoir longuement alimenté les chroniques, le projet de construction de Dogta Lafiè, situé à Agoènyivé (banlieue nord de Lomé), est devenu une réalité concrète. La première pierre du projet, porté par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) avait été posé il y a 4 ans. Des aléas de tout ordre auraient perturbé l’exécution du projet. Mercredi, la cérémonie d’inauguration de cette structure sanitaire a été présidée par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Dogta Lafiè couvre une surface de 11.000 m2 et fonctionnera par secteurs : consultations, hospitalisation générale et maladies infectieuses, imagerie, exploration fonctionnelle, maternité… avec une spécialisation dans l’ambulatoire. Il comprend 160 lits, y compris des chambres individuelles et 6 salles d’opérations.

La construction de l’hôpital Dogta-Lafiè, inauguré ce jour, répond à notre ambition traduite dans la politique nationale de santé, qui vise à développer un système performant, équitable et accessible à tous, en particulier les plus vulnérables. La modernisation des infrastructures sanitaires et l’amélioration de la qualité des soins que reçoivent nos compatriotes demeurent une priorité à laquelle doivent concourir toutes les initiatives publiques et privées en la matière“, commente Faure Gnassingbé sur ses réseaux sociaux.

Nous sommes fiers de participer à la réalisation de la vision axée sur le développement et le bien-être individuel et collectif des Togolais et à la modernisation des infrastructures de santé“, a déclaré Ingrid Awadé, la directrice générale de la CNSS.

Pour Moustafa Mijiyawa, le ministre de la Santé, Dogta Lafiè représente un maillon très important, un symbole de la modernisation du système de santé. Ce joyau est un complexe qui disposera, à terme, d’une unité de cancérologie et d’un service VIP de 36 lits. Précision importante, Dogta-Lafiè signifie “Hôpital de la santé” en langues locales Moba et Nawda, une dénomination préférée à Saint-Pérégrin, premier nom de baptême.

Bientôt un nouveau campus définitif à Kara

Faure Gnassingbé, a présidé la cérémonie officielle de pose de la première pierre de l’Université de Kara. Cette nouvelle infrastructure d’enseignement supérieur et de la recherche permettra de relever les défis liés à l’augmentation de la capacité d’accueil, à l’amélioration du taux d’encadrement des apprenants, à l’ouverture sur le monde et à la promotion de la gestion axée sur les résultats, par la conversion à une approche de management par la qualité et la nécessaire mutation numérique de l’institution.

Le futur campus universitaire de Kara est situé à Pya à 12 km au nord de la ville de Kara (préfecture de la Kozah) et couvre une superficie de 250 000 m2. Il est organisé en plusieurs pôles pédagogiques, administratifs, socio-sanitaires et culturels, avec une capacité d’accueil projetée de 30 000 étudiants d’ici à 2030.

A terme, le campus de Kara comportera une présidence, des cités universitaires pour environ 10 000 étudiants, une grande bibliothèque centrale, des infrastructures administratives, un Centre hospitalier universitaire, une maison des hôtes, des restaurants universitaires, des aménagements d’espaces verts, de loisirs, sports et détente.

« Aucun pays ne peut se bâtir sans un capital humain de qualité. L’événement qui nous réunit, s’inscrit dans la vision du chef de l’Etat de bâtir une université forte et moderne », a déclaré le Professeur Ihou Nazoba Majesté Wateba, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Le président de l’Université de Kara, le professeur Komlan Sandra, a exprimé, au nom des bénéficiaires, sa reconnaissance au chef de l’Etat pour sa volonté de positionner cette première université décentralisée en un véritable deuxième pôle d’excellence pour l’université moderne togolaise.

«Toute la communauté universitaire de Kara, toute la jeunesse du septentrion, tous les agents immobiliers, les propriétaires fonciers et le Togo tout entier retiendront que c’est sous votre magistère que l’Université de Kara a été définitivement ancrée dans son milieu par sa construction effective. Soyez-en richement béni et comblé », a-t-il précisé.

Pour rappel, l’Université de Kara a ouvert ses portes le 23 janvier 2004, et est basée depuis lors, sur le site de l’ancienne Ecole normale des instituteurs (ENI) de Kara et au nord de Pya. Elle est actuellement créditée d’un effectif de 20.608 étudiants.

Le grand marché de Kara ouvre ses portes

Sept ans après le lancement du Projet d’appui à la reconstruction des marchés et aux commerçants de Kara et de Lomé (PARMCO), le nouveau marché central de la ville de Kara, a ouvert ses portes, le 24 avril au cours d’une cérémonie de réception solennelle, toujours présidée par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Ce joyau est établi sur 5 ha72a avec une capacité d’accueil de 9500 personnes. Le bâtiment a une emprise au sol d’environ 4560m2 et dispose d’un aménagement extérieur constitué de jardins, d’une esplanade et de parking, tenant compte d’une extension future. Il s’élève sur trois niveaux avec un rez-de-chaussée et deux étages, l’ensemble comprenant 736 unités d’étales, 72 unités de boutiques, 05 locaux dédiés aux banques et assurances, 8 magasins de grossistes, 6 unités de chambres froides, une unité de police et une infirmerie. Le nouveau grand marché de Kara est doté d’un système de sécurité basé sur les normes de construction internationales, par l’intégration d’un mécanisme de réseau incendie-armée, des voies paramétriques affectées aux pompiers, des voies de desserte et de déambulation.

« Le nouveau marché de Kara est l’illustration parfaite de votre détermination et engagement constant à apporter des solutions efficaces et concrètes aux préoccupations des populations conformément à votre grande vision stratégique Togo 2025 à savoir faire du Togo un pays de paix, une nation moderne, avec une croissance économique inclusive et durable », a déclaré le ministre du Commerce, de l’industrie et de la consommation locale, Kodjo Adédzé, intervenant au nom des acteurs du commerce.

Un IFAD dédié à l’élevage

Un nouvel Institut de formation en alternance pour le développement (IFAD) a été inauguré le même jour du lundi 24 avril à Barkoissi dans la région des Savanes par Faure Gnassingbé. Spécialisé dans l’élevage, la production, la transformation et la commercialisation, ce centre pourra accueillir 450 étudiants. Il dispose d’une ferme agro-pastorale et d’un espace numérique. Cet institut ne se limitera pas à la formation; il sera aussi une ferme pour l’élevage de bovins, porcins et volailles.

“Après les IFAD Aquaculture, et Bâtiment, ce troisième établissement, dédié à l’élevage, s’intègre bien dans l’environnement socio-économique de sa région d’implantation. Il contribuera à mettre au service de nos ambitions de développement des jeunes femmes et des jeunes hommes bien formés, entreprenants, pourvoyeurs d’emplois et créateurs de richesse”, souligne Faure Gnassingbé. L’IFAD Barkoissi vient effectivement renforcer le dispositif national dédié à la formation en alternance. Deux IFAD étaient déjà en activité pour les filières du bâtiment et de l’aquaculture, celui dédié aux énergies renouvelables ouvrira dans quelques mois, d’après nos informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open chat
Salutations de la Team afrikdepeche. Pouvons-nous vous aider?