Solim Transport / Kara-Lomé : 24h après l’arrivée, un passager ne retrouve pas ses bagages et subit un énorme préjudice

Si Falk, LK… se distinguent par un professionnalisme à tous égards, Solim Transport, malgré un parking bus bien étoffé, a un réel mal à assumer les exigences requises pour s’affirmer comme une compagnie de transport de référence. Un passager est en train de gouter actuellement au fruit amer du défaut criard de professionnalisme de Solim Transport.

A sa descente du bus à Lomé le lundi 17 juin à Legbassito, autour de minuit trente, un passager de Solim Transport, que nous nommons Eric, qui a pris le bus de 18h venant de Kara pour Lomé, ne retrouve pas ses bagages, alors que ceux-ci ont été bel et bien embarqués. Le chef de bord, à qui il s’adresse pour réclamation, lui inflige une cinglante réponse : “Retourne à notre station de Filoparc pour chercher tes bagages”.

” Il sonne minuit 35, je ne retrouve pas mes bagages, et vous me demandez de faire le trajet Legbassito-Filoparc, parce que vous auriez déchargé mes bagages là-bas lors de la première escale? Où est le sens du professionnalisme? Je descends à Légbassito, pourquoi vous déchargez mes bagages à Filoparc?”, réplique le passager, et s’en suit une discussion houleuse.

Un témoin, conducteur de taxi, venu chercher le passager, déplore l’arrogance et le manque de courtoisie du chef de bord.

Ce 18 juin, en fin de journée, malgré tous les tracas, le passager en question n’a toujours pas retrouvé ses bagages.

“Le matin, j’ai communiqué avec le chef de bord. Il a promis ramener les bagages dans la gare Solim Legbassito. A 16 heures, je me suis rendu là. Aucune trace de mes bagages, j’appelle le chef de bord en vain, il ne décroche pas. On me communique le numéro de Solim Filoparc. L’interlocuteur ne se reconnaît pas dans ma réclamation, il promet chercher les infos et me demande de le rappeler dans quelques minutes. Je le rappelle peu après 17h, il me dit qu’il cherche à joindre en vain le convoyeur, qu’il est à Kara, donc ils ne savent quelle suite réserver à ma réclamation, puisqu’ils n’ont pas retrouvé les bagages. J’explose de colère, je lui demande que faut-il faire maintenant, mais il ne m’a plus rien répondu, jusqu’à ce que je sois obligé de raccrocher moi-même”, expose, la gorge nouée, le malheureux.

Préjudice subi

Il est clair que Solim Transport manque de professionnalisme dans la gestion des bagages des clients. Si ce genre de situation arrive, puisque cela peut arriver à n’importe quelle compagnie, il s’agit d’une crise qu’il faut gérer avec tact, en déployant toutes les mesures adéquates pour apaiser et rassurer le client. Certaines compagnies de transport,  dans le souci de fidéliser le client, peuvent aller même jusqu’à lui ramener les bagages au domicile. Solim Transport se fiche éperdument de toutes ces commodités, et pire, traumatiserait le client.

Et pourtant ce dernier subit un énorme préjudice lié à la perte de ses bagages.

“C’est un gros coup dur. Je suis allé à Kara en fait pour une urgence. Je suis allé récupérer un document sur lequel ma société a travaillé tout le weekend. Le document comporte des données que nous devons utiliser courant cette journée au plus tard sous peine de perdre une énorme opportunité d’affaires. Voilà que Solim Transport a gardé mes bagages”, déplore Eric, qui envisage déjà porter plainte.

L’insolence et la discourtoisie ne sont pas des valeurs à cultiver dans la gestion de la clientèle.

Open chat
Contactez-nous au besoin. (équipe afrikdepeche.tg)