Le Togo, nouvel actionnaire d’Asky / Sani Yaya : “Il s’agit pour l’Etat d’un investissement stratégique”

L’État togolais vient de recourir aux mécanismes de l’actionnariat en rentrannt le lundi dernier dans le capital de la compagnie aérienne Asky.

Asky, qui symbolise la nouvelle souveraineté aérienne du Togo, vient de céder près 15% de son capital à une entité pas comme les autres, l’Etat togolais. Cette prise de participation égale 6 milliards de francs CFA, représentant 600.000 actions, soit 14,39% des parts sociales. Une cérémonie de signature a eu lieu lundi à Lomé entre Sani Yaya, le ministre de l’Economie et des Finances, Koffi Gervais Djondo, le président du conseil d’administration – et fondateur – de la compagnie, et tous les partenaires stratégiques, à commencer par Ethiopian Airlines, la BOAD, la BIDC et Ecobank. “Je voudrais vous dire toute la satisfaction du président Faure Gnassingbé et celle du gouvernement tout entier concernant l’aboutissement des négociations entre les parties”, a déclaré M. Yaya.

Raisons d’une prise de participation

Le ministre Yaya a expliqué les raisons pour lesquelles l’Etat avait décidé de s’engager. “Pour le gouvernement, la prise de participation dans le capital d’ASKY est plus qu’un simple investissement financier. Il s’agit pour l’Etat d’un investissement stratégique au regard de sa politique d’intégration de la sous-région et d’ouverture de notre pays au reste du monde. ASKY que le Gouvernement veut encore plus solide, plus performant et plus fort est le vecteur de la mise en œuvre de cette politique qui consiste à faire de notre aéroport international Gnassingbé Eyadéma et de notre pays un véritable hub de la sous-région.”

Création de valeurs

Sans posséder la majorité du capital, l’Etat togolais va désormais participer activement à la direction de Asky, et sa part sociale lui permet d’exercer peu ou prou une influence suffisante sur la gestion de la compagnie.
La fonction d’actionnaire est un moyen pour les actionnaires privés ou étatiques, d’atteindre un but qui est de créer un outil de production et d’en tirer des profits. L’Etat va s’employer avec valeurs. Engager des participations publiques prépondérantes ou même seulement assez substantielles va servir à préserver certains intérêts généraux dans des entreprises de service privé et générer des dividendes qui vont soutenir davantage l’action de l’Etat, et donc le développement socioéconomique. L’Etat, à travers cette décision vient renforcer son engagement auprès du secteur privé qui constitue le pilier de l’économie nationale.

Asky, togolais

Asky dessert l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale depuis l’aéroport de Lomé depuis sa création en 2010, avec un partenariat stratégique établi avec Ethiopian Airlines.La compagnie propose un réseau de 27 destinations dans 25 pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale. Les principales destinations de la compagnie sont Abidjan, Accra, Conakry, Dakar, Douala, Freetown, Lagos, Lomé, Monrovia, Ouagadougou et Yaoundé, mais également Johannesburg. Asky, un projet du Togolais Gervais Koffi Djondo, est membre de l’Association internationale du transport aérien (IATA) et est certifiée par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Sécurité garantie

Asky se présente comme l’une des compagnies aériennes les plus sécurisées. Sans accident depuis 13 ans environ, Asky est sans soute créditée d’un bilan élogieux en matière de sécurité. La compagnie est en pleine croissance et dans la perspective d’étendre son réseau, un projet de desserte de Paris est à l’étude. Déjà, grâce à son alliance avec Ethiopian Airlines, Asky offre aux passagers la possibilité de se rendre directement aux Etats-Unis depuis Lomé. Le passage de l’état tuteur à l’état actionnaire souligne une fois encore l’évolution générale du rôle et du fonctionnement de l’État. Asky va bien profiter de cette nouvelle dynamique pour atteindre avec plus d’efficacité ses objectifs.

Open chat
Salutations de la Team afrikdepeche. Pouvons-nous vous aider?