La problématique du financement des entreprises et grands projets au cœur d’une conférence à Lomé les 19 et 20 janvier

La table d'honneur, au milieu, Me Afzal-Amir Ayeva

La capitale togolaise abrite les 19 et 20 janvier prochains, la conférence internationale de Lomé sur le financement (CILF). Placée sous le thème : « Le financement des entreprises et des grands projets », cette conférence est organisée par le Cabinet Ayeva & Associés, et vise à rassembler les différents acteurs des économies africaines afin de traiter des défis à relever pour faciliter l’accès au financement en Afrique.

Si de nos jours au Togo et dans plusieurs pays africains, la création d’entreprises relève d’une grande facilité au niveau administratif, l’accès au financement destiné à alimenter la vie des entités mises en place reste un casse-tête.

Bien que des progrès substantiels aient été réalisés au cours de ces dernières années, l’accès au financement reste une contrainte majeure pour les entreprises en Afrique, en particulier pour les petites et moyennes entreprises (PME).

Détenir des fonds propres pour garantir les dettes ou rassurer les banques sur les chances de remboursement du crédit n’est pas chose aisée, surtout aux néo entrepreneurs, et le capital investissement pour renforcer les fonds propres et favoriser le financement bancaire, est quasi inexistant.

« Aujourd’hui en Afrique, beaucoup d’entreprises ont du mal à se faire financer. Le projet de la CILF, c’est de réunir toutes les parties prenantes pour dresser les difficultés et proposer des solutions aux gouvernants pour faciliter le financement des entreprises », décline Afzal-Amir Ayeva, du cabinet Ayeva & Associés, conseiller juridique en Afrique de l’ouest et centrale.

Ce grand rendez-vous de Lomé, poursuit-il, « va apporter des réponses cruciales. Il faut que l’entrepreneur ou le porteur de projet sache les attentes des établissements de crédit, des établissements financiers, des fonds d’investissement lorsqu’ils veulent lever des fonds. Il faut qu’ils connaissent les pré-requis pour l’accès au financement ».

Mine d’opportunités…

Plusieurs opportunités, selon les organisateurs, s’offrent donc aux participants à travers la CILF, notamment la connaissance des pré-requis pour avoir accès au financement, des opportunités d’affaires nées du réseautage, le décrochage de financement hors du Togo.

Cette conférence internationale, prévue pour durer deux jours, va rassembler les acteurs tels que l’État, les institutions de financement du développement (IFD), les banques commerciales, les fonds souverains, les fonds d’investissement, les petites, moyennes et grandes entreprises, sans oublier les entreprises du secteur informel.

Sont attendus à cette rencontre internationale, de hautes personnalités telles que des ministres bien évidemment du Togo, de la République démocratique du Congo (RDC), de la Côte d’ivoire, des experts du monde financier ainsi qu’une pléthore d’invités de marque qui seront répartis sur les différents panels inscrits à l’ordre du jour.

Quelles stratégies de financement ?, le capital investissement, le rôle des banques pour promouvoir une croissance verte, le financement des différents secteurs, passage de l’informel au formel, le financement des projets de santé et de l’éducation …, sont quelques thématiques qui seront abordées et approfondies au cours de la CILF.

Michel AKOETE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.