Littérature/ “Les Histoires de Yao et Akuwa” : dédicace des tomes 4 et 5 dans une ambiance populaire à Zafi

Mme Sylvestre Adjra-Aziadekey, lors de l'exercice des dédicaces

Le monde littéraire a accueilli avec enthousiasme le 10 septembre 2022 à Zafi les deux nouveaux bébés de Sylvestre Adjra-Aziadekey, que sont les tomes 4 et 5 de la passionnante aventure juvénile “Les Histoires de Yao et Akuwa”. La salle de l’hôtel Le Globe réservée pour la présentation et la dédicace de ces ouvrages s’est révélée assez exigüe pour contenir la grande masse mobilisée pour saluer le chef-d’œuvre de l’auteure, femme politique à l’esprit fécond qui engage sa plume au service du développement global du jeune enfant.

L’exercice dédicatoire auquel s’est prêtée Mme Sylvestre Adjra-Aziadekey le 10 septembre a carrément tourné en un événement populaire, un véritable baromètre où pouvait-on facilement mesurer sa popularité, sa proximité avec les populations de la commune Yoto 2 où elle exerce comme Maire. Mais c’est la présence de Mme Awa Nana, présidente du HCRRUN et Médiateur de la République, au premier rang de la brochette d’autorités administrative, politique, traditionnelle et culturelle qui aura donné un cachet particulier à cette cérémonie de présentation et de dédicace des tomes 4 et 5 de “Les Histoires de Yao et Akuwa”.

Et comme pour défendre la cause des enfants et des parents, les cibles de ses ouvrages, l’auteure s’est fait entourer de deux éminents avocats togolais pour la circonstance. L’un, maire de la commune Lacs 1, l’illustre Me Aquereburu, et l’autre, écrivain talentueux, Me Essiamé Koko Dzoka. Le premier a présenté l’auteure et le second, les ouvrages.

Dithyrambique…

Me Aquereburu, tout en louant le brillant parcours académique et professionnel de Sylvestre Adjra-Aziadekey et ses qualités intrinsèques, a mis l’accent sur sa fibre patriotique, sa situation de mère au foyer exemplaire et son engagement politique pour le développement de son pays. Femme aux talents multidimensionnels, artiste de l’écriture, femme étoile à plusieurs branches les unes plus lumineuses que les autres… les éloges du maire à l’adresse de sa collègue, de l’écrivaine, ont coulé dans un fleuve d’admiration.

“Elle n’a pas que des diplômes, elle est maire et mère, elle a préféré la dureté du sol aux conditions favorables de l’occident. Un tel talent ne peut passer inaperçu et a attiré l’attention des autorités du pays.”, conclut-il, sous une salve d’applaudissements.

Me Aquereburu s’est chargé de la présentation de l’auteure

Œuvre d’art

“La Collection Jeunesse des Editions Continents et la magique plume de Sylvestre Adjra-Aziadekey ont pris désormais l’habitude de nous rassembler au cœur de septembre, pour célébrer YAO et AKUWA comme un clin d’œil à l’approche de la rentrée des classes !”, introduit Me Dzoka lors de la présentation des ouvrages, avant de les faire découvrir sur la forme et sur le fond (résumés et messages véhiculés).

Et de conclure : ” L’ouvrage de Madame Sylvestre Adjra-Aziadekey, on ne le dira jamais assez, est une œuvre d’art, non seulement par la beauté du style et du récit, mais aussi par les illustrations toujours chatoyantes et expressives qu’on a du plaisir à découvrir au fur et à mesure depuis les couvertures”.

Me Koko Dzoka a brillamment présenté les ouvrages

En toute sérénité…

Au bord des émotions devant une salle archicomble, mais dans une sérénité implacable, Sylvestre Adjra-Aziadekey a pris la parole pour justifier les motivations de sa préférence pour la littérature de jeunesse.

“Tout comme Anne Hébert, j’ai également été plus marquée par mes lectures enfantines que par tout ce que j’ai lu plus tard avec plus de conscience. Ce que j’ai reçu dans la richesse de mon enfance était, je crois, très précieux : les ogres, les sorcières, les fées, les enfants perdus en forêt, les princes, les princesses, toute cette mythologie. Vous comprenez alors tout mon engagement, ou plutôt toute ma passion à ouvrir ce monde de mythes, de mystères et de contes aux enfants”, a-t-elle expliqué.

L’auteure, Sylvestre Adjra-Aziadekey, maire de la commune Yoto 2

Sur les traces de…

M. Arouna, représentant le ministre de la Culture et du tourisme, a par la suite salué le ferme engagement de l’auteure à animer la scène littéraire malgré ses charges politiques, la comparant, à juste raison, à Edem Kodjo et Yawovi Agboyibo, illustres disparus.

“Que les tomes 4 et 5 ne soient pas les derniers”, a-t-il lancé.

Représentations scéniques des tomes 4 et 5 par le Club des enfants de l’ONG Ange

Bouquet de fleurs Awa Nana

Les échanges avec l’auteure sur ses ouvrages, après les différentes interventions, ont été vivement animés et furent une opportunité saisie par les fils et filles de Yoto 2 pour exprimer leur attachement à leur maire et leur admiration pour son engagement. “Au-delà de la dédicace, vous sensibilisez la population à envoyer les jeunes filles à l’école”, pointe le professeur Sénou qui, au passage, allume un vif débat sur la question de l’envoi des enfants au village pour les vacances. L’enseignant Zanou, pour sa part, lance: “Mme le Maire, vous avez honoré notre préfecture”. Il sera, tout en détente, titillé par Mme Awa Nana : “L’auteure n’est pas seulement à vous, elle est à tout le Togo”.

“Félicitations. Continue ainsi et bon vent!!!”, s’est-elle exclamée ensuite, après avoir offert un bouquet de fleurs à celle pour laquelle, malgré tout, elle s’est imposée à cœur joie ce déplacement à près de 80 km de Lomé.

Mme Awa Nana offre un bouquet de fleurs à l’auteure pour concrétiser ses vives félicitations

Épuisante…

La partie la plus importante de l’événement reste celle consacrée aux dédicaces. Après la vente aux enchères du tome 4 à 45000 francs et du tome 5 à 129 100 francs au lieu de 3500 francs, l’auteure va puiser jusque dans ses dernières forces pour servir les longues queues formées des parents et enfants, les deux tomes entre les mains.

“J’ai déjà jeté un coup d’œil furtif aux deux tomes. Chacun des ouvrages est une merveille, surtout avec les illustrations, le tout en couleurs”, témoigne A.Z., fonctionnaire de son état, venu de Lomé pour “Les histoires de Yao et Akuwa”.

Quelques pas de danse de l’auteure, bien entourée de quelques invités de marque dont Mme Adjo Agbaglo, maire de la commune Zio 2, au son bruyant et pénétrant des tam-tams des groupes folkloriques, signent la fin de l’événement.

Dans le programme scolaire

Le développement et l’épanouissement des enfants est un champ de connaissances en pleine évolution. Les efforts de Sylvestre Adjra-Aziadekey pour jouer sa partition dans ce domaine méritent d’être encouragés, du moins par le choix et l’intégration de “Les Histoires de Yao et Akuwa” dans le programme scolaire national à certains niveaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.